Coïncidence ?

Rentrant de boîte, exactement 2 minutes après avoir pris cette photo :

20140419-141108.jpg

Je reçois ça :

20140419-141131.jpg

58 heures

Dans 58 heures je serai a Berlin pour quelques jours. Je débranche mes mails (j’ai déjà arrêté de répondre aux persos et les pros ont une bonne semaine de délai), je coupe tout, et je dors, mange, marche, cours, danse, pendant 4 jours entiers, planqué dans la suite 518 du meilleur hôtel de Potsdamer Platz. J’en ai cruellement besoin.
Ces derniers mois ont été forts en décisions, renoncements, concessions, succès, bons moments, vie sociale agitée mais maîtrisée, difficultés assumées de pouvoir tout faire a temps, je suis fier de moi.
Mais j’ai vraiment besoin de débrancher, mai et juin seront chauds aussi, il me tarde (d’ailleurs ma nouvelle valise est topissime isn’t she ?)

20140415-230609.jpg

Amagad ioure back !

20140329-161436.jpg

De retour des états-unis, plutôt fatigué mais pas trop mal recalé, notamment grâce au soleil parisien.
C’était bien, pas de tout repos, notamment car Delta et Air France m’ont respectivement perdu mon bagage à l’aller et abimé le contenu au retour. Mais il y eut beaucoup de burgers, des apéros, des dîners, des retrouvailles, du mojito, du merlot, et des bons moments.
Bon, ce qui est clair c’est que j’aurai du prendre une journée off lundi, car ça va être dur, et que ça ne me manquait pas de ne pas voir les chaussures bateau et le look manif pour tous dans mon quartier pour le retour du soleil. Whatever.
Ceci dit, au rayon déclassement social, la classe économie en A380, c’est vraiment pas mal.
Week-end entre copines, concert de Delerm ce soir, faites que mon métabolisme tienne la route !

Monsieur Ramirez

Moi, ces enregistrements ne me choquent pas. La proximité de l’Elysée avec les magistrats, l’ambiance affairiste et un peu déconnectée de la réalité, tout ça, on le savait. Sarko a fait venir des gens à sa botte, qui n’avaient peur de rien, on a vu le résultat.
Même Monsieur Ramirez qui n’a pas de salaire (20k€ par mois quand même, elle se mouche pas du coude barbie), ça aurait plutôt tendance à m’amuser. On est dans une bourgeoisie tellement à l’ouest, que ce n’est pas bien méchant, même si ça fait tâche,
Non, les guignols ont raison, pour une fois, ce qui était vraiment honteux, ce qui devrait faire rougir de honte les gens de droite, le pire de Nicolas Sarkozy, c’était filmé et public !
[et on peut y mettre le discours de Dakar, les gens d'apparence Musulmane ...]

20140309-141946.jpg

20140309-141953.jpg

20140309-141959.jpg

Valse

Des dossiers, des collaborateurs, 9 heures de communication téléphoniques depuis février, quasiment entièrement professionnelles. La motivation et la patate ne faiblissent presque pas malgré la sinusite et la fatigue. Interactions sociales limitées aux SMS, je pense beaucoup à ceux que je ne vois pas, et me réjouis de pouvoir les appeler des que je le pourrais.
Je crois que j’ai un certain détachement, et surtout une conviction : n’importe quel job peut être fait, la question c’est le chemin, faut juste être feignant. Mais feignant 12 heures par jour. C’est la limite à laquelle je m’astreins.
J’ai à peine le temps de m’attarder sur le copé-gate, le Sarko-gate, l’Ukraine, et tout ça.
Semaine plus calme la semaine prochaine avant la tournée internationale 2014.
Bon, je vais quand même actualiser mon profil linkedin, je sais pas, ça m’a pris il y a un mois.

Non, non, Balladur je connais pas

20140222-090929.jpg

Il faut que je m’y habitue, à la soirée d’hier les années de naissance s’étalaient de 1958 à 1993, soit pile poil l’arrivée de Balla à Matignon. Étais-je un garçon particulièrement triste ou particulièrement sérieux, pour me souvenir de cette période avec une acuité toute particulière ?
Peut-être était-ce passionnant à l’époque, plus que la théorie du gendeur et le pacte machin.

Whatever, malgré un coucher presque tardif après cette soirée entre (beaux) jeunes, me voilà levé à 7:30 un samedi, prêt à dévaliser Sephora et payer mes factures de février. Hauts les cœurs, la vieillesse n’est pas qu’un naufrage, tu te lèves tôt !

Vite, au café !

Y’a-t-il plus déprimant ?

20140217-220104.jpg

Que recevoir ce genre de propositions sur sa boîte mail pro ?
A quel point cela ne donne pas envie, c’est évident. Imaginons un rendez-vous galant ou le mec me dit « personne ne veut de moi, je suis une pauvresse, mais je cherche quelqu’un qui s’intéresse à moi ». Non, c’est très révélateur du marché du travail actuel, il y a tellement de main d’œuvre gratuite que tout est nivelé par le bas. Alors bien sûr on peut dire – en se trompant à mon sens – que c’est la faute des syndicats de gauchistes qui ont mis tous ces obstacles à l’embauche et qui découragent les pauvres patrons pourtant très motivés à recruter. On peut aussi se demander comment, dans ces conditions de rapport de force, on peut encore décemment parler de lutte des classes, elle est morte depuis longtemps.

Bref, on devrait donc en vouloir autant aux gens qui acceptent de travailler en auto-entrepreneur qu’aux stagiaires qui se vendent gratos : un jour on le regrettera tous.

Tu sais que tu es parisien quand

Tu te mets à aimer l’idée d’être convoqué en dernière minute au dernier étage d’une tour de la défense.

20140217-144525.jpg

20140217-144337.jpg

Je ne suis pas tellement le genre de mec à prendre le métro

20140216-192603.jpg

Mais j’en ai bouffé plus qu’à l’habitude. Vendredi soir avec les copains, rue Saint Maur, samedi soir avec les copines, rue de la grange aux belles. Ma carte bobo a encore pris des points.

J’ai aussi pris 2 fois le métro, 3 fois le taxi, et le RER.

If you’re travelin’ in the North Country fair
Where the winds hit heavy on the borderline
Remember me to one who lives there
For she once was a true love of mine

Larusso, Amel Bent, Abba, des slows, du champagne, du pinard, des pizzas, tout était parfait. Y compris un retour du passé, de ce qui ressurgit sans prévenir, des sentiments positifs pour mon karma, et de ce qui fait toujours du bien quand ça passe dans ton petit cœur.

Je suis dans un état d’apaisement quasi-total, j’aime le temps qui passe.

Ce mois de février est définitivement le plus beau depuis longtemps.

En mode fusée

20140214-203015.jpg

Avoir tout fini pour les congés du boss. C’était fini jeudi. J’ai pas ménagé mes efforts. Tout est fait :)
Viré une stagiaire, trouvé un cdd, fait le deuil – ou presque – de mon n-1.
J’ai passé 52 heures au bureau, ne me suis pas levé après 7 heures (deux exploits consécutifs pour ma petite personne), j’ai l’impression qu’on est samedi alors que je sors de la douche pour sortir tout court.

let’s pretend it’s another day

Toujours aussi zen, indéboulonnable, même plus énervé par l’UMP en mode anti-promotion de l’égalité homme-femme et de l’homosexualité comme normalité, je crois qu’à un certain moment on fait son deuil de l’intelligence.

J’ai fait le deuil de pas mal de trucs, notamment de certaines de mes névroses. Ni comment ni pourquoi, une phrase

je suis pas tellement mon genre de mec

Et bah moi si, justement, ça a mis du temps, mais c’est pas prêt de s’arrêter.

Allez, champagne !

On ne va quand même pas se cacher derrière son petit doigt

C’est mon expression préférée au boulot.

On ne va quand même pas se cacher derrière son petit doigt, c’est à cause d’elle que je blogue.

J’en parle presque tous les ans. Je ne m’étalerai pas cette année, parce que j’ai plein de boulot, que je suis à Lille, que j’ai des choses à finir avant de dormir, qu’il est déjà 23:33, et que je suis debout depuis 5:00, que je pourrais en faire des tonnes mais que c’est tellement pas mon genre. Juste pour dire que je pense depuis ce matin à ces 6 et quelques millions (6.311.520 pour être exact à ce matin) qui me séparent de cette minute.

Oui, je compte depuis ce moment, non pas pour illustrer le fait qu’elle me manque et que je la regrette souvent, c’est évident et ça ne vous regarde pas. Cela vous donnerait une idée de moi et de mon chagrin qui serait certainement fausse, puisque intime et propre à chaque deuillant. Non, depuis quelques années, je suis particulièrement fier, chaque seconde qui passe, de ce que j’ai fait, de ce que je fais, de ce que je suis, de ceux que j’aime et qui m’aiment. Alors bien sûr, je ne suis pas parfait, je n’ai pas tout fait bien, je changerai volontiers quelques trucs dans mes réalisations et mes conneries, mais dans l’ensemble je suis assez content. Et c’est cool, parce que c’était pas gagné et qu’à l’époque j’étais plus tiré vers le bas par les mauvais qu’aidé par les bons, et qu’il n’est pas évident de distinguer les uns des autres.

J’ai toujours envie d’être avec mes sœurs ce jour la, et généralement on est jamais ensemble. Comme quoi ça doit être comme cela. Ensemble, mais séparément. Et relativement inséparables.

S’il fallait que je fasse quelquechose aujourd’hui, ce serait de dire merci à tous ceux qui m’ont relevé, poussé, aidé, encouragé, contredit, affronté, pour le meilleur. Les sus-nommées bien sur, et tant d’autres.

J’ai vraiment une chouette vie, avec de chouettes personnes.

Une chouette barbe, et un chouette tee-shirt (et c’est le château de Versailles à travers la fenêtre).

20140204-233904.jpg

Je ne m’étais rien promis et j’ai écrit ce billet d’une traite presque naturellement, comme que je deviens presque un sage introspectif.

Une petite dernière pour la route ?

20140201-205825.jpg

Un dernier goût d’outrance en ce jour de manif contre nos droits. De ma part, j’entends.
Plus de ras le bol non. Ils ont suffisamment été ridicules pour ne plus mériter mon indignation.
Cette image est symbolique. J’aurai pu mettre un logo de l’UMP, de l’UDI, une photo de Wauquiez, Copé, NKM, Bertrand ou Chatel, et tant d’autres qui ont fait preuve de l’homophobie la plus basique et la plus populiste, de façon à flatter leur électorat.
Ils n’ont pas compris qu’ils étaient déjà dépassés par leur base, en témoigne leur hébétude la semaine dernière « euh, oui on est d’accord pour dire que c’est normal d’avoir ras-le-bol du gouvernement, mais euh non, on ne soutient pas ces collectifs ».
Perpétuer la connerie d’une position originale reste le meilleur moyen de s’y enferrer sans le reconnaître. Ne pas dénoncer ce qui se passe pour – en s’en rendant complice – espérer profiter du mouvement. Quelle grave erreur tactique. Et républicaine.

J’ai hâte de la campagne de 2017.

Aujourd’hui, c’est la fête de ceux qui ont fait les indifférents, tout cela c’est grâce à vous, les pédés progressistes et bien pensants vous emmerdent.

Edit 19:31 :
80.000 personnes. C’est bien un mouvement de fond. On me taxait de paranoïa, de droitophobe quand je disais que ce n’était pas une poignée d’ultras, mais des gens normaux, et qu’ils ne s’arrêteraient pas de sitôt. Je suis triste, si triste d’avoir raison. Ça aura mis un an, ça m’aura bouffé, mais maintenant on sait qu’il faudra compter avec eux. Les gens se plaignaient d’une indifférenciation gauche-droite, la voilà.

C’est comme un trésor

20140201-190517.jpg

Pas de panique, ce n’était qu’une discussion totalement normale avec mon BFF de la mort qui tue. Je suis un mec plein d’humour.

J’ai bizarrement été malade toute la journée. Hier au soir, à peine un petit burger, quelques friandises, trois pintes de bière, et me voilà réveillé à 6 heures du matin avec les piverts qui cognent. On a plus 20 ans. L’effet barbe se dissiperait il ?

Cette barbe qui m’apporte joie, succès et richesse ? Cette barbe qui me fait tourner la tête et pas qu’à moi ?

Faudra que je vous en parle. Bref. Quelques médicaments, 4 siestes et un brunch plus tard, avec le BFF en question, ça va mieux.

Et j’ai déjà oublié pourquoi j’avais écrit ce post.

Hier matin, j’en avais marre d’être au bureau. Vous n’imaginez pas ce que c’est que de devenir manager et de ne plus parler à ses clients que par téléphone, ou de devoir se contenter de rapides passages sur le terrain. 3 putain de semaines le cul dans mon bureau à l’étoile. De quoi mourir. J’adore être au bureau. Mais là c’était trop.
Heureusement, mon collab avait réservé une salle de réunion au 34eme étage d’une tour bien connue, et malgré mon aversion pour la Défense, j’ai passé l’après midi avec lui sur place.

Face au mont Valérien, à l’étendue de l’ouest parisien, j’ai rédigé mon dernier mémo de la semaine, je l’ai aidé à boucler son dossier et je suis reparti à 17:00, apaisé et content, pour un week-end bien mérité. Le bonheur tient à peu de choses !

Bon WE mes fans !

Parfois

Parfois la panique me prend et la peur m’étreint
Parfois je suis tellement flippé que je suis capable de parcourir mon répertoire pour vérifier que j’ai encore des amis
Parfois je suis tellement angoissé que je ressens le besoin d’effacer des trucs dans mon agenda pour croire que j’ai encore du temps disponible
Parfois je me dis que ça vaudrait le coup de tout plaquer pour aller vivre à Tel Aviv
Parfois je dis « je vois plus personne » et la seconde d’après je suis en train de caler 3 dîners
Parfois j’accepte des dîners en double parce que je suis persuadé que mon agenda est vide
Parfois j’ai peur que quelqu’un m’appelle en me disant « tu me négliges »
Jusqu’à présent, j’ai trouvé la solution : mettre l’iPhone en mode avion pendant 2 heures et bouquiner
J’espère qu’elle marchera encore jusqu’à fin avril car je ne suis pas sorti de l’auberge

Irresponsabilité

C’est beau de crier « Fillon fait la courte échelle au front national » en septembre 2013, et en janvier 2014, de se précipiter sur Radio J pour dire qu’il « comprend » la démarche du collectif « jour de colère », même s’il ne « soutient pas la manifestation » de ce dimanche.

«Le président de la République élu ne cesse de fracturer la société française»

A quel niveau d’irresponsabilité se situe Luc Chatel ? Belle acrobatie intellectuelle, surtout sur Radio J, pour un collectif clairement composé d’antisémites (je vous rappelle qu’on a entendu dans Paris aujourd’hui « Juif, juif, la France n’est pas à toi »).

C’est dire à quel point l’envie de tendre le briquet sans allumer soi-même le feu de joie est forte.

Mais je m’en vais sereine

« Il est d’autres combats que le feu des mitrailles, on ne se blesse pas qu’à vos champs de bataille » Barbara

Bon bah ça y est, Valérie est officiellement cocue ET célibataire. C’est super triste, mon côté Olivia Pope certainement. C’est dommage on aurait pu parler du vrai sujet de ce week-end. Non, je veux pas parler du simulacre de démocratie à l’UMP, je pensais au programme de gouvernement. Ils ont décidé il y a un moment de se mettre au Thatcherisme, et j’étais plutôt content que ça sorte du bois. On sait que le candidat ne sera pas lié par le programme (puisque ce sera Nicolas Sarkozy, l’attachée de presse Bernie l’ayant malencontreusement confié à la radio, la gourgandine !), mais c’est quand même intéressant de voir le parti se convertir à cette idéologie, eux qui s’en sont toujours défendus (bien qu’en en ayant fait, selon les périodes). Ils auraient au moins pu attendre que le grand Jacques passe l’arme à gauche, ce n’est pas super gentil.

Bref. Quand on votera à droite maintenant, ce sera pour la dégressivité des allocations chômage (qui sont de trois fois le smic pendant 6 ans, comme chacun sait), et le contrat de travail unique (le CDI bridant la croissance, car les entrepreneurs ont peur d’investir à cause de leur aversion au risque, pauvres d’eux).

C’est le moment de dire les choses, non ? Que le risque, c’est son boulot, sa beauté, que non, le salarié n’est pas licenciable à désir (déjà qu’avec 7 mois de période d’essai en terme de flexibilité on est au top de ce que je supporte), que tout le monde n’est pas destiné à devenir des supers-intérimaires. Enfin bref. On aurait pu, mais fallait quitter Valerie, et BFx TV n’avait rien à se mettre sous la dent aujourd’hui.

Whatever, je me dis qu’ils ne le feront pas, que ce soit demain ou après, car ils ont une base qu’ils respecteront. Espérons-le.
Heureusement, ils laisseront le remboursement de l’ivg et le mariage pour tous, on est rassurés, personne de sensé ne proposerait de le changer !

Sinon – esprit de l’escalier – ça fait 4 mois que je n’ai acheté aucun produit de ces marques homophobes affiliées à Barilla, En 4 mois j’ai aussi acquis la conviction que ça ne servait à rien (je le savais déjà un peu probablement) mais aussi que tous ceux qui ont trouvé ce comportement authentiquement ridicule ne méritent pas mon attention.

Bizarrement, c’est toujours quand je vais bien que mon cerveau me fait faire des trucs de ouf pendant la nuit. En pagaille ces dernières semaines : une séance shopping avec ma mère, une lutte acharnée contre des gens homophobes à un dîner (non mais, sérieusement, je n’en fréquente plus pas), des gens que je n’ai pas vu depuis 10 ans qui me parlent de choses et d’autres.

Quelqu’un pourrait-il m’expliquer pourquoi c’est quand je suis uber épanoui, avec un stress professionnel absolument déraisonnable, des journées totalement occupées, un esprit plein de choses, MAIS que ça fait 2 mois que je n’ai pas déprimé, pas cherché le full control sur chaque chose, qu’il faut me sortir ça ?

C’est bizarre, et en même temps tellement léger que je ne m’en rappelle que très peu au réveil. Beaucoup plus en cherchant.

L’esprit est compliqué, je suis compliqué. Quiconque voudrait faire de moi le mec stressé et sur de lui que beaucoup décrivent se tromperait. Quiconque penserait que mon opinion est faite sur un sujet ferait erreur. Et quiconque penserait que je suis méprisant aurait raison : je le suis devenu. Je ne me suis que trop tu.
Néanmoins, celui qui penserait que le titre du billet n’est là que pour inciter le lecteur à penser que je vais fermer mon blog aurait raison : c’est oublier mon ego, cabossé certes, mais surdimensionné
Je publie sans relire, sorry pour les typos, ce sera au moins spontané.

Mon premier plan drague Gare Montparnasse

20140117-185722.jpg

Vendredi, je sors du bureau un poil en stress (j’ai noté 15 dossiers à traiter rien que lundi, et j’ai déjà bossé 11 heures par jour cette semaine), pour filer en weekend en Touraine, fêter les 8 ans de mon neveu chéri.

17:50 départ de l’étoile, train à 18:37, je suis large. Tellement large que je file sur le parvis de la gare fumer une clope, dès ma descente du métro.

Je précise ici que je déteste que l’on m’aborde dans la rue pour me demander d’adhérer à un prélèvement mensuel quelconque pour quelque association que ce soit. Je fais mes dons comme un grand, et ces méthodes de recrutement sont indignes du monde associatif. Je traverse 4 fois par jour une grande place du 17eme arrondissement, qui n’est pas terne malgré son nom, et j’en sais quelquechose. Quand ce n’est pas MSF, c’est les animaux, le secours populaire, et j’en passe. Ça me gonfle, surtout les animaux d’ailleurs. Bref. Ah oui, pardon, je rajoute que je suis aussi contre les associations, qui ne sont pour moi que le prétexte pour l’état de ne pas faire son boulot en matière de recherche médicale, d’insertion, ou d’aide aux démunis, de faire payer la population au nom d’un dogme libéral pourri qui voudrait que tout ce que fait l’état, il le fait mal. J’arrête là ma complète digression.

Je déteste me faire aborder donc, mais celui-ci, je ne l’ai pas vu venir. Rebeu, 35 ans, plutôt dans mes standards, je l’ai vu s’approcher de moi. Je lui aurai bien donné une clope, mais il cherchait la FNAC.

« La FNAC ? Mais je suis pas du quartier moi ! Attendez, oui, c’est rue de rennes, par là [montre une direction vaguement après la tour, en espérant que mon sens de l'orientation défaillant ne se voie pas trop] »
« Vous êtes sympa vous, non en fait c’est que je vends des livres pour la réinsertion des jeunes qui sortent de prison et je voulais voir si vous alliez m’envoyer chier, comme le connard là-bas, ou si vous alliez répondre »
Le mec est super gentil, il a un sourire adorable, et ça change de tomber sur un mec comme ça qui a visiblement envie de papoter.
« Ah, bah m’interroger sur Montparnasse, y’a mieux comme approche. Vous auriez pu essayer de me voler mon iPhone, pour un rebeu c’est plus attendu, tu sais t’es en France, ils sont flippés quand ils te voient, dans ce quartier »
Le mec se marre comme un con, et réussit à me vendre deux livres. J’aurai fait ma BA de la journée.
« Prenez en deux, y’en aura un pour madame »
« Oui alors moi ce serait plutôt monsieur, voyez-vous cher ami »
« Et vous les préférez comment ? Qu’ils fassent bien l’amour ? Qu’ils cuisinent ? »
« Oui et surtout qu’il fasse pas trop chier, mais qu’est ce qui vous dit que j’ai pas déjà ce qu’il faut? »
« Ahahah, et on vous a jamais dit que vous ressembliez à un ministre avec votre costume ? »
[la je sais pas si c'est un compliment ou pas. C'est un peu décousu mais bon j'essaie de retranscrire comme je peux hein, essayez de suivre]
« Non mais le problème avec les parisiens c’est qu’ils tracent leur route et jamais personne veut m’écouter. Vous avez le temps de boire un café ? »
« Ah non, je pars en weekend là »
« Vous rentrez quand ? »
« Dimanche, 15 heures »
« Ok, j’y serai, moi c’est Bader »

« Ok moi Cédric »
« On se fait la bise? »

Me faire draguer par un mec, genre rebeu actif, quasiment hétéro, devant la gare, ça c’est encore l’effet barbe ^^

J’ai visiblement déjà pris ma meilleure décision de 2014.

Empathie(s)

20140114-202001.jpg

J’achève une journée qui aura vu passer dans mes mains 8 dossiers, 43 passage de collaborateurs dans mon bureau, soit un peu moins de 9 passages par membre de mon équipe de choc, et presque 12 heures travaillées.
J’en suis au stade végétatif, débranchage de cerveau, en caleçon sur mon lit, et prêt à m’enfourner un épisode de scandal pour me dire que finalement, être la maîtresse du président des états-unis, c’est chouette.
Je n’ai même pas eu le temps de regarder le bilan de la conférence de Hollande, juste le passage sur sa vie privée (parce que je suis une grosse curieuse), mais j’attends bien quelques mesures libérales pour détendre le fion des entrepreneurs, qui visiblement n’ont pas eu assez de la loi de finances 2014. Loi qui, si on met de côté l’aspect fiscalisation des mutuelles, largement traité, mal, mais traité, par les journaux cette semaine, semble avoir été écrite par Pierre Gattaz himself. En vrac, baisse de cotisations, paiement de l’impôt sur les sociétés plus tardif, abattement maximal de 85%, ou 60% au bout de 8 ans de détention pour les plus-values sur actions, c’est la fête au marché quoi.
Moi je m’en fous, ça nous fait un peu de boulot, les pigeons ferment leur gueule, n’empêche que je trouve que les cadeaux fiscaux sont beaux. C’est une vraie loi socialiste, de celles qui ne s’apprécient qu’après un long examen, bien ampoulées et pénibles à décortiquer, qui offrent l’apparence de la méchanceté fiscale, mais sont en fait généreuses avec les possédants.

Je ne suis pas assez libéral pour m’en réjouir, pas assez convaincu de la nécessité de tant d’économies au budget, pas emporté par la nécessité de payer autant pour reconduire quelques roms à la frontière.

Bref, il n’y a bien qu’en économie que je ne suis pas assez libéral, parce que l’idée que notre président batifole m’amuse assez, finalement. Je dis finalement parce qu’entre vendredi et dimanche j’hésitais entre la consternation (on a un peu mieux à traiter en ce moment), l’anticipation des critiques (l’UMP allait s’en mettre plein la panse), et puis finalement le monde tourne, le budget est adopté, François a un autre « pacte » à proposer, l’idée de supprimer le CDI fait son chemin partout, Copé n’a pu retenir sa diarrhée verbale que 48 heures, certains députés UMP ont appelé à la démission de François, voire à la crise de régime, tout bien comme avant, et on en a encore pour 3 ans.

Il est temps qu’en plus du suicide assisté on dérèglemente les partouzes, ça au moins ça m’amuserait plus que la fiscalité des terrains à bâtir.

Oui, j’ai lu le compte-rendu de la conférence entre le début de ce billet et maintenant, je sais faire plusieurs choses à la fois.

Au milieu de tout cela, il me reste de l’empathie pour la première dame de France, critiquée, détestée, par les réacs de tout bords. Je me dis qu’elle doit se sentir bien seule. J’ai lu qu’elle avait du mal à avoir de la distance avec les événements et était capable de colères mémorables. Je me sens super proche d’elle du coup, et j’aime l’idée que tout le monde la critique pour ne pas assumer que le fait qu’elle ne soit pas mariée pose problème a tout le monde, et que le torrent de haine qui la vise n’est qu’un palliatif pour ceux qui ont bien peu à dire sur le gouvernement.

Cécile Duflot pourra la remplacer assez justement dans ce rôle, Cécile Duflot toujours assez géniale d’ailleurs, encore ce matin sur Inter. Je suis très déçu de la couardise des députés sur la GUL (déjà parce que le nom est rigolo, mais en plus parce que c’était la meilleure idée pour contrer les faux arguments des propriétaires qui veulent bien posséder mais ne pas assumer le risque). Bref bref.

Empathie donc, voire légère tristesse quand j’habite le rôle de femme trompée, que je n’ai pas connu, 2 minutes de temps de cerveau disponible par jour, et un agenda qui est très serré, pour une fois pas à cause de ma vie sociale, mais de mon boulot.
J’ai des envies de voyages, de whisky coca dans des boîtes lointaines, de moiteur à Tel Aviv ou à Berlin, et de moments légers à quatre pattes.
Mais je le vis bien ! Depuis que je suis barbu, je me fous de tout (vous le voyez bien), je suis heureux, les gens m’aiment, les inconnus m’embrassent dans la rue, je suis harcelé sur Facebook et mon blog est passé devant celui de Matoo en terme de visites.

J’attends juste que mes billets aient une quelconque cohérence…

Province

C’est en province que l’on sent le mieux les gens.

Mitterrand le savait, Chirac le savait, Dieudonné le sait, c’est bien pourquoi il a tant de succès en province, et qu’il y va tant.
La province c’est la vraie france, de ceux qui veulent entendre que ce sont les juifs qui dominent le monde, qui rigolent, bonhommes, sur shoahnanas, qui trouvent marrant cette contestation systématique d’un « ordre établi » qui n’est établi que dans leur tête. A contrario, ils n’ont aucune idée de ce qu’est la loi Cremieux, par exemple, cible favorite de Dieudonné.

J’étais moyennement fan de l’initiative de Valls, pour des raisons évidentes de spot dirigé vers ce délinquant multirécidiviste, qui ne paie ni ses amendes, ni ses impôts, n’a de respect pour personne, et représente tout ce que j’abhorre, tout ce qui n’est tellement ni républicain ni humaniste.

Réflexion faite, je suis plutôt content qu’il l’ait fait, et ce pour plusieurs raisons :
1 – il fallait bien que quelqu’un mette ce sujet en place publique : le caractère viral du racisme et de l’antisémitisme de Dieudonné faisait que beaucoup de gens le pensaient sympathique, faute de s’être intéressé au sujet. Comme toujours les gens ont un avis sans avoir regardé le moindre site ni s’être demandés si dire que la juiverie internationale le persécutait était vraiment intelligent et vraisemblable. Ni si, puisqu’il est tant « anti-système » il s’enrichissait autant, mais sans le dire, grâce à des prête-noms
2 – avant, quand on disait que Dieudonne est anti-sémite, on avait droit à un regard étonné, voire des insultes. Ce ne sera plus le cas, avec la diffusion massive de ses propos honteux, et le quasi-verbatim du spectacle retranscrit par Le Monde
3 – les gens savent qu’il a organisé son insolvabilité et a mis en place des techniques de petit bras pour échapper à la justice et à l’administration fiscale, avec des bidouilles que même un commerçant de base (qui n’est jamais loin du poujadisme en cette matière) n’aurait pas osé imaginer (en l’espèce travailler bénévolement… qui doit être la chose la plus voyante du monde)
4 – la parole s’est libérée sur ses fans : les gens ont pu constater que s’y mêlaient un gloubiboulga d’ultra-gauchistes, certains étant toujours prompts à confondre antisionisme, absence de réflexion, militantisme et haine, de jeunes issus de l’immigration, désireux de reporter sur les juifs leur désarroi, leur absence d’intégration, et leur – réelles – difficultés face à une France qui n’a su les accueillir décemment, et enfin, les pseudos-anar de je ne sais quoi, qui sous couvert de contestation, vomissent leur haine de ce qui n’est pas comme eux, et se permettent tout tant que cela échappe à un raisonnement construit.

Fort de tout cela, il sera difficile à l’avenir de considérer Dieudonne comme un humoriste, fort de son combat politique, factieux, et anti-républicain.

Les partisans de Dieudonné en sont-ils renforcés ? L’excellent article de l’humanité qui n’est pas sur la même ligne de Valls, les contestations des gauchistes, tout cela me parle. Les inconvénients de la méthode dite judiciaire sont ils supérieurs aux avantages ? Est ce simplement un coup politique du gouvernement ? Est-ce utile pour détourner l’attention de la prétendue liaison du président (je rigole, c’est juste un appeau UMP) ? Sérieusement, je ne sais pas. En tout cas, les faits sont là, la situation a changé.
La meilleure preuve est le soutien d’hommes politiques de premier plan (Alain Juppé), même de porte-flingues UMP, ou de ceux prompts tout jeter du gouvernement, comme Jean-François Copé.

J’ai eu beaucoup de discussions sur le sujet, je pense que le droit gagne toujours à s’appliquer. Le droit est fait de principes, tout comme la morale qui, si elle n’utilise pas les mêmes, doivent guider notre vie. L’humanisme, le respect de la république et du droit français doivent être un de ceux-là, qu’il s’agisse de s’abstenir de stigmatiser une communauté, de frauder le fisc, ou de contester les lois votées par le parlement légitimement élu.

Je préfère donc tout pourvu que l’on puisse dire que Dieudonne est anti-sémite et que ses fans, livrés à leurs difficultés et face à cette fausse réponse, ont réfléchi sur ce coup là autant que des navets.

Enfin, je rajouterai, puisque l’on m’a parfois reproché d’affirmer trop souvent mes convictions de paraître méprisant et sentencieux, que l’on ne peut obliger les gens à penser comme soi, je préfère à tout les gens qui pensent, et j’adore ceux qui ne pensent pas comme moi.

Une vieille tradition catholique finalement

Défiler autant de fois, aussi violemment contre mes droits, finalement, c’est assez cultu(r)el

In Robert O. Paxton

20140110-181124.jpg