Lui, l’Autre

« Moi, j’veux bien habiter porte de Pantin, mais faut que le mec vaille le coup »
Pierre Bénichou

Il s’est levé à 8 heures, après avoir remis 6 fois le rappel de son portable dur dur la première nouvelle de la journée cette autrichienne séquestrée 27 ans première pensée, ils sont fous ces autrichiens ils cumulent c’est un sport national ou quoi deuxième pensée, mon dieu quelle chance 27 ans sans penser, sans gérer, juste à rester chez soi calmement elle doit être malheureuse en ce moment léger mal de dos il doit être a concorde à 9h30 passer par le bureau avant 8h45, la cafetière Bialetti siffle 9h, parti.

Tac boum flashback, vendredi dernier.

Il décroche son téléphone dans l’ascenseur, sitôt sorti du bureau. Il ne comprends pas ce qu’on lui dit elle est morte il ne comprend pas il ne connaît plus cette personne et pourtant ça lui déchire le coeur tant et si bien qu’il arrivera chez lui – à pied – sans s’apercevoir qu’il n’a ni ses clés ni ses clopes ni son scooter et que le casque est aussi resté au bureau. Tout le monde trouvera ça drôle, lui aussi, mais il est le seul à savoir pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi.

Cette nouvelle ne devrait pas le toucher, pas du tout ça fait plusieurs années qu’il ne le connaît plus son fils, ça fait plusieurs années qu’il l’a snobé, l’Autre, alors que l’autre lui offrait son amitié ironie du sort l’Autre était EXACTEMENT dans la même situation que l’autre il enverra hypocritement un texto qui n’arrivera peut-être jamais car il n’est pas sûr d’avoir le bon téléphone il le racontera ça aide, mais il ne l’oubliera pas et les cauchemards reviendront un peu juste un peu ainsi que le mal de ventre ce noeud à l’estomac perpétuel et mortel enfin son petit cousin quasi rien a côté de CELUI d’il y a 7 ans mais il n’est pas content de le retrouver.

La vie s’amuse, parfois.

Toc, fini.
Pensées, Ipod, croise le patron au coin de foch quel bol, ça n’est jamais arrivé en 3 ans, et ça arrive aujourd’hui arrivée 9h08, courrier, que des trucs chiants, reparti aussi sec métro, George V, Champs-Elysees c’est mécanique, morne, limite glauque il se demande si il tiendra jusqu’à tard a priori non ce sera 19h30 maison.
La journée commence doucement pas déprimé, mais il est plein de spleen la journée sera dure il a quand même éclaté de rire devant le nouveau groupe facebook créé par ses amis « Jonathan D. Ferme pas ton Blog », a quand même envoyé un message a B pour savoir s’il n’était pas trop mort, tout en sachant qu’il le serait.
Tu as lu mon e-mail? Comment en parler sans en parler. Bref.
« Bon on en reparle pas, ok? Lol »
ouais, lool!
Il est Woody Allen, le génie en moins.
Il est content d’avoir pris un tartare, dans ce restaurant de la rue du Mont Thabor le tartare est délicieux.

Il a hâte de se reposer, reposer son esprit.

6 digressions ↓

digression n°1 par Sociable
le 2 mai 2008 à 16 h 01

Pourquoi mettre des points et des virgules, oui pourquoi ?

digression n°2 par Pédro
le 2 mai 2008 à 18 h 28

Argh ! Je n’ai que Bac+2, je n’y comprends rien !

digression n°3 par Baron Rouge
le 3 mai 2008 à 0 h 21

Donc j’en ai pas reparlé !…..(logique, non ? :-S)

digression n°4 par Cédric Darval de Bayen
le 4 mai 2008 à 18 h 12

@ Sociable : oui, pourquoi, surtout quand ça mérite d’être cité sur ton blog ;-)
@ Pédro : normal, y’a que moi qui me comprend
@ Baron : ah oui, toi aussi, un peu ! Oui, c’est très logique. Un jour, peut-être, bourrés, et tous les deux (lool). Mais, je peux être paradoxal, je peux le faire. Je serai dans l’état d’esprit sus-nommé, mais je peux le faire. Mais je ressens ça. Ce que tu ne ressens pas. (OMFG c’est d’un ambigu cette discussion)

digression n°5 par Barette
le 6 mai 2008 à 21 h 10

Moi je comprends (aussi).

digression n°6 par Pédro
le 6 mai 2008 à 21 h 28

Beuh !

Digresser en toute tranquillité ...