Je n’ai trouvé que cela à écouter pour exprimer mon chagrin

Babacar
Où es tu où es tu ?
Ba-ba-car
Où es tu où es tu ?

Je vis avec ton regard
Depuis le jour de mon départ
Tu grandis dans ma mémoire

J’ai des mots qui frappent qui sonnent
Et qui font mal comme personne
C’est comme la vie qui s’arrête
J’ai des mouv’ments de colère
Sur le troisième millénaire
Tout casser et tout refaire
J’ai pas manqué de courage
Mais c’était bien trop facile
Te laisser en héritage un exil


Oh là là j’ai fait que des trucs géniaux dernièrement, si vous saviez. Du rugby, de la bière, beaucoup de bière, beaucoup de soleil, San Francisco, toujours en mode speed, de moins en moins de temps pour souffler.

Juste génial, quelques regrets de ne pas avoir plus de temps pour plus de gens, mais les mois de mai et juin sont toujours ainsi.

Aujourd’hui c’est le petit coup de mou général. Dos qui fatigue, corps qui maigrit (donc qui fatigue), moral au diapason du temps, gris.

Mais sinon ça va, hein.

Mais la moins.

Et sinon, allez bien vous faire enculer avec votre fête des mères.

Non rien.

pas de digression ↓

Il n'y a pas encore de digression sur ce billet. Vous pouvez être le premier grâce au formulaire ci dessous.

Digresser en toute tranquillité ...